Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Association des Amis de la CCE

Disparition d'Elie Wiesel

Hommages

Disparition d'Elie Wiesel

1 Octobre 2016

Elie Wiesel 1928-2016 - Une incarnation de la mémoire de la Shoah

Eliezer Wiesel est né à Sighet, petite ville du royaume de Roumanie, dans une modeste famille juive orthodoxe et hassidique hongroise. Déporté, rescapé, il devient philosophe, écrivain, professeur, humaniste et consacre sa vie à garder vivante la mémoire de la destruction des Juifs d'Europe. Couvert d'honneurs, mais aussi critiqué, controversé, il meurt à Manhattan le 3 juillet. Après une cérémonie religieuse, il est inhumé le lendemain.

En mai 1944, l'adolescent est, comme tous les Juifs de la zone hongroise de Transyl­vanie, déporté avec sa famille à Auschwitz ­Birkenau puis à Buchenwald. Ses parents et l'une de ses trois sœurs sont exterminés.

Libéré par les Américains onze mois plus tard, il reste une décennie en France et étudie la philosophie à la Sorbonne. Polyglotte, apatride, il écrit pour un quotidien israélien Yediot Aharonot, parcourt le monde, rencontre artistes, personnalités, chefs d'Etat.

En 1958, !'écrivain François Mauriac l'aide à publier la traduction française de son premier livre La Nuit paru en yiddish sous le titre Un di Veit Hot Geshvign - Et le monde se taisait ...

li décrit son expérience concentrationnaire et commence une œuvre de témoignage au service des victimes de la Shoah. Devenu citoyen américain en 1963, il en­seigne à l'Université de Boston, soutient la cause des Juifs d'Union Soviétique, se marie à Jérusalem en 69.

Son importante production littéraire est consacrée à la mémoire ; une quinzaine de romans - il se définissait comme un conteur ­quatre pièces de théâtre, des livrets musi­caux, de nombreux essais traitant de sujets d'actualité, du judaïsme dont la série Célébrations hassidique, biblique, talmudique, prophétique et un nombre impressionnant d'articles, d'entretiens, dont certains en yiddish.

Reconnaissance

Récompensé, décoré, titularisé, nobélisé en 1986, honoriscosé par une centaine d'Universités, messager de la paix des Nations Unies, citoyen d'honneur de Jérusalem, inaugurateur de Musée, Mémorial, Centre d'Histoire, primé plusieurs fois pour ses livres, proposé pour le poste - qu'il refuse - de président d'Israël en 2006, créateur en 1986 de la Fondation Elie Wiesel pour l'humanité luttant pour la mémoire de la Shoah, contre l'indifférence, l'intolérance, l'injustice, organisant des actions de dialogue international et de sensibilisation de la jeunesse, Elie Wiesel, comme toutes les icônes, sus­cite envie, critiques, malveillance.

Instrumentalisation de la Shoah

Barak Obama, Bill et Hillary Clinton, Justin Trudeau, Benjamin Netanyahou, François Hollande, Angela Merkel et bien d'autres, lui ont rendu de vibrants hommages : grande voix morale de notre temps, conscience du monde, humaniste inlassable au service de la paix, gardien de la mémoire de /'Holocauste ...

Néanmoins, depuis longtemps, des voix discordantes ne se gênaient pas pour mettre en cause son honnêteté, sa vérité, lui repro­chant de ne pas militer contre la politique israélienne, comme Miklos Grüner, Norman G. Finkelstein, Isaac Asimov ou Pierre Vidal­Naquet le traitant de marchand de Shoah. Jusqu'à Claude Lanzmann, autre statue de Commandeur, l'accusant - il sait de quoi il parle - de faire de la Shoah son domaine personnel et d'avoir refusé, en son temps, de participer à son film.

Elie Wiesel transforma l'horreur mortifère en pulsion de vie ... li ne fut pas le seul, mais il fut unique. Respect...

Quelques livres publiés en français :

La Nuit 1958, L'Aube 1960, LeJour1961, La Ville de la chance 1962, Les Portes de la forêt 1964, Le Chant des morts 1966, Les Juifs du silence 1966, Le Mendiant de Jérusalem 1968, la/men ou

la folie de Dieu 1968, Entre deux soleils 1970, Célébrations hassidiques 1972, Le serment de Kolvillàg 1973, Célébrations bibliques 1975, Un Juif aujourd'hui 1977, Le Testament d'un poète juif assassiné 1980, Contre la mélancolie 1981, Paroles d'étrangers 1982, Le Golem 1983, Le

Cinquième fils 1983, Signes d'exode 1985,Job ou Dieu dans la tempête 1986, Discours d'Oslo 1987, Le crépuscule au loin 1987, Silences et mémoire d'hommes 1989, L 'Oublié 1989, Célébrations talmudiques 1991, Tous les

fleuves vont à la mer 1994, Mémoire à deux voix avec F. Mitterrand 1995, Se taire est impossible avec J. Semprun 1995 ...

Disparition d'Elie Wiesel

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article