Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  Association des Amis de la CCE

JEUDI 21 MAI....

Le blogueur de service présente ses excuses à ceux qui ont ouvert tôt cette nouvelle séquence, nous avions remis par erreur et surtout inattention la séquence du Mercredi... voici donc la bonne séquence, celle de Jeudi..
Bonne journée à tous
C'est l'ascension, nous avons une belle météo et notre bistrot virtuel est ouvert en ce jeudi 21 mai 2020, alors ne boudons notre plaisir et retrouvons notre bande de piliers de comptoir avec leurs "Nouvelles brèves de comptoir" et un second extrait de ce qu'en disait Jean-Michel Ribes
La dent d’un dinosaure
Jean-Marie Gourio dépose le fruit de ses découvertes sur la table, comme des grappes de raisin qu’on va trier pour en faire du vin. Il est l’archéologue d’une humanité qu’on tente ensemble de recomposer. Chaque phrase est une dent de dinosaure ; il nous reste à reconstituer l’animal, trouver les os de la mâchoire, de la tête et du corps, puis comprendre les maux de dents, et toute la vie de l’espèce. Jean-Marie pensait que l’ensemble ne pouvait être pris en charge que par une immense chorale, des centaines d’acteurs qui feraient entendre ces bruits du monde. Avec Jean Carmet dans Palace, les brèves s’imposaient comme des ponctuations uniques, chaque phrase était un univers. J’ai convaincu Jean-Marie que nous pouvions, depuis les fragments, construire tout un monde avec ses personnages. Je lui ai proposé plusieurs dramaturgies ; d’abord il s’agissait d’agencer les brèves selon les différentes étapes d’une seule journée, puis selon les quatre saisons de l’année. Aujourd’hui, elles s’organisent autour des sept jours de la semaine. Les personnages sont nés petit à petit, avec leurs peurs, leurs solitudes, leurs contrariétés, leurs passions. Il ne s’agit pas de phrases chocs ou de bons mots, mais de jaillissements spontanés d’une grande humanité. On pense à Queneau, à Tzara ; la brève est une pièce en soi, mais elle renvoie sans cesse à l’autre, qui renvoie à son tour à tous autres. Et l’ensemble, au fil d’un cadavre exquis, forme des dialogues, qui à leur tour composent une photographie de l’humanité.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article