Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Don pour le livre sur l'histoire de la CCE "Des larmes aux rires"

Don pour le livre sur l'histoire de la CCE "Des larmes aux rires"

Pour faire un don, cliquer dans la barre de menu horizontal ci-dessous sur "Don livre histoire de la CCE"

L'ÉVÈNEMENT

« Ces murs qui nous font signe »

Du 16 au 18 septembre 2021, de 20h à minuit, le graphiste Philippe Apeloig rend hommage aux victimes de la Seconde Guerre mondiale à travers une installation en forme de mosaïque de plaques commémoratives, dont la plaque du 14 rue de Paradis et qui sera projetée au Panthéon.

Comment transformer le souvenir personnel en matière collective, en mémoire historique ? Pour le graphiste Philippe Apeloig, il suffit de regarder autour de soi. Devenues invisibles, noyées dans notre perception quotidienne, les plaques commémoratives de la Seconde Guerre mondiale, dispersées partout sur les murs de Paris, forment un récit polyphonique que l'artiste a décidé d'exhumer. Passionné de typographie, Philippe Apeloig a photographié ces noms taillés dans la pierre, et les a réunis dans une oeuvre qui sera projetée sur les murs du Panthéon, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

On y découvre que Ces murs qui nous font signe a été conçu comme une mosaïque d’images qui convoque les destins des disparus de l'Occupation pour les faire résonner avec les tombes de ceux qui dorment dans la crypte du Panthéon. Construite comme un puzzle capable de redonner un visage et une identité à ces résistants et victimes de la déportations - certains inconnus, d'autres anonymes -, cette œuvre est une généalogie pédagogique, qui rend aussi hommage aux orfèvres derrière la réalisation des plaques.

"J'ai appris à aimer l'anatomie harmonieuse ou disproportionnée des lettrages, la façon dont des artisans graveurs avaient oeuvré à augmenter la lisibilité des mots avec le souci d'embellir ces traces écrites et de leur donner cette force stylistique ténue, austère et mélancolique" narre Denis Podalydès, porte-parole de Philippe Apeloig dans ce court-métrage qui multiplie habilement les split-screens et les jeux de surimpression pour nous faire comprendre la démarche de l’artiste.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

wielblad 14/09/2021 15:14

Idée géniale merci